Passage à l’heure d’été 2021 : adaptez votre conduite

Nous y sommes, le passage à l’heure d’été a eu lieu dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 mars. Nous avons perdu une heure de sommeil, mais gagné une heure de soleil le soir.

Les beaux jours font leur grand retour, le soleil se couche plus tard, mais la luminosité est réduite le matin. Votre exposition au risque routier est donc plus forte et les conséquences peuvent être dramatiques.

En France, nous observons une forte augmentation de la mortalité routière à partir de la fin du mois de mars jusqu’au mois de juillet.

Passage à l'heure d'été et mortalité routière.

Nous observons une très forte augmentation de la mortalité routière pour les usagers à moto de février à fin mars, puis un deuxième pic est constaté du mois d’avril au mois de juillet. De manière générale, à partir du passage à l’heure d’été, la mortalité routière augmente de façon continue pour l’ensemble des usagers. Source : rapport ONISR 2019

Pourquoi une telle augmentation après le passage à l’heure d’été ?

Le passage à l’heure d’été altère la qualité du sommeil, vous pouvez alors vous sentir fatigué au volant et montrer quelques signes de somnolence.

Le temps est meilleur, les routes sont sèches, nous nous sentons plus en sécurité que sur route mouillée. Certains usagers se sentent alors trop confiants et ne respectent pas le Code de la Route. Ce qui a pour conséquence de créer des accidents.

Les usagers dit « vulnérables » sont plus nombreux. Avec les beaux jours, les transports en communs sont délaissés au profit d’autres moyens de déplacement :

  • À pieds
  • Vélo, moto, scooter
  • Trottinette
  • Skateboard et autres..

Ces moyens de déplacement jugés plus agréables sont également plus dangereux en cas de collision avec un autre véhicule. Les conséquences sont souvent très graves.

La perte de luminosité sur le trajet du matin est également un facteur aggravant. Vous commenciez à vous habituer à toujours conduire de jour et voilà qu’il fait de nouveau nuit sur le trajet du matin.

Autant de facteurs qui font que chaque année, la mortalité routière augmente de fin mars à juillet.

Comment lutter contre les effets du changement d’heure sur la conduite ?

Sachez détecter les premiers signes de fatigue et somnolence pour éviter les mésaventures :

  • Difficulté à rester concentrer.
  • Raideur de la nuque et des épaules.
  • Besoin constant de changer de position.
  • Paupières lourdes, yeux qui piquent.
  • Bâillements à répétition.
  • Jambes engourdies.

Même avec une pause toutes les deux heures, que faire en cas de fatigue et somnolence au volant ?

  • Arrêtez-vous dans un endroit calme et sans danger.
  • Allez prendre l’air et vous dégourdir les jambes.
  • Mangez un repas léger et boire de l’eau.
  • Si vous en sentez le besoin, abaissez votre siège et faites une sieste.

Vous ne gagnerez pas contre le manque de sommeil. Pour votre sécurité et celle des autres, avoir la bonne attitude est primordial.

Faites vérifier votre véhicule avant le changement d’heure : 

  • Éclairage.
  • Essuie-glace.
  • Pneus.
  • Niveau d’huile, etc..

Conduite hors et en agglomération : 

  • Analysez votre environnement routier.
  • Restez vigilant.
  • Respectez les distances de sécurité.
  • Anticipez les déplacements des autres usagers.
  • Ne consommez aucune substance qui pourrait altérer vos facultés de conducteur.

De manière générale, respectez scrupuleusement le Code de la Route.

Bonne route et soyez prudents.

Vous souhaitez avoir l’avis de nos experts ou vous faire accompagner pour gérer le risque routier de votre entreprise ou association ? N’hésitez pas à nous contacter via notre site ou notre page Linkedin. Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.