L’hiver est là !

L’hiver est là !

Le retour de l’hiver peut rendre la circulation plus difficile pour les automobilistes, poids lourds et les cyclistes. Les températures négatives, la neige, le risque de verglas et la baisse de la luminosité le jour sont des situations que chaque usager de la route doit anticiper pour effectuer ses déplacements en toute sécurité.

 Pluie

La conduite par temps de pluie se caractérise par une modification de l’adhérence. Sur une route mouillée la distance d’arrêt est augmentée de moitié, tandis que sous une pluie battante elle est quasiment doublée.

Nos conseils

La première chose à faire pour minimiser le risque d’accident est de réduire sa vitesse à 110 km/h si on circule sur une autoroute, 100 km/h sur une voie express et 80 km/h sur une nationale. Vous devez ensuite adapter vos distances de sécurité, avoir des essuie-glaces en parfait état et enfin, aérer l’habitacle de votre véhicule pour éviter la formation de buée.

Brouillard

Quand il y a du brouillard, il est primordial de respecter la règle des 3V qui se traduit par :

  • Une visibilité à 50 mètres
  • Une vitesse maximum de 50 km/h
  • Le véhicule devant vous doit être au moins à 50 mètres.

Nos conseils 

Afin d’éviter tout risque de carambolage par temps de brouillard, il est vivement conseillé d’adapter sa vitesse en fonction de la visibilité, de respecter les distances de sécurité et d’allumer ses feux de croisement ainsi que ceux de brouillard.

Verglas et Neige

Le retour de l’hiver peut rendre la circulation plus difficile pour les automobilistes, poids lourds et les cyclistes.

Sur les routes verglacées et enneigées, il est impératif de rester extrêmement attentif. Cette prudence se définit par une vitesse modérée, un état de vigilance constant qui permettra de faire preuve d’anticipation.

Nos conseils 

En cas d’épisode neigeux ou de verglas, Il faut absolument éviter tout changement soudain de direction et toute accélération brutale. De plus, pour ne pas perdre le contrôle de votre véhicule, les coups de frein impromptus sont à proscrire, alternez l’usage du frein moteur et de la pédale de frein. Pour éviter de patiner, accélérez de façon progressive tout en utilisant un rapport de vitesses plus élevé que sur route sèche. Enfin avant chaque virage, ralentissez dans la ligne droite puis prenez le virage en tournant le volant sans à-coups tout en gardant une vitesse régulière et modérée.

Fatigue et Somnolence

Conduire dans des conditions météorologiques défavorables accroît la tension nerveuse et la fatigue visuelle, ce qui peut générer un état d’hypovigilance. L’hypovigilance est un état intermédiaire entre la veille et le sommeil dans lequel l’organisme a ses facultés d’observation et d’analyse très réduites. Cela se traduit par une lenteur de réaction face à un obstacle, des difficultés à maintenir une vitesse constante et des erreurs de coordination.

Nos conseils 

Dès les premiers symptômes d’hypovigilance, n’hésitez pas à faire une pause de 10 à 20 minutes. Même à proximité de votre lieu d’arrivée. Aérez régulièrement votre véhicule, buvez de l’eau et ne mangez pas trop copieusement. Les heures à risque la nuit sont comprises entre 2h et 5h du matin, quant à l’après-midi, c’est entre 13h et 15h.

Les piétons et cyclistes

Les jours ou la luminosité est mauvaise, il est impératif de rester visible. Pour ce faire, le piéton doit s’équiper d’une lampe et d’un gilet jaune pour voir et être vu. Le cycliste quant à lui, doit avoir un vélo correctement équipé (bandes réfléchissantes et sonnette), un casque et un gilet jaune.

Pour en savoir plus :

Passage à l’heure d’hiver : Danger sur les routes 

Dix conseils pour adapter sa conduite routière à la situation hivernale